A vous d’élire l’Yvelinois(e) 2015 !

Dans tous les domaines –sport, entreprise, associatif, arts…– ils ont marqué l'année. Parmi ces vingt candidat(e)s, à vous de choisir celui ou celle qui sera l'Yvelinois de 2015 !

Publié le : 04/12/2015 à 09:00

Yvelinois-2015.jpg

Certains ont brillé en 2015 et ont porté haut les couleurs des Yvelines. D’autres ont œuvré dans l’ombre, loin des projecteurs. Dans tous les domaines – sport, entreprise, associatif, arts… – ils ont marqué cette année qui s’achève dans un peu moins d’un mois. Les vingt candidat(e)s que nous avons sélectionné(e)s ont chacun de bonnes raisons d’être désigné(e)s “Yvelinois(e) 2015”. Maintenant, c’est à vous de choisir celui ou celle qui décrochera le titre.

Vous avez jusqu’au 19 décembre pour voter sur notre site. L’espace de vote se situe à droite de la page.

• Jean-Baptiste Lavergne Morazzani (Versailles), chef du restaurant “La Table du 11“ :

 Jean-Baptiste Lavergne Morazzani (Versailles), chef du restaurant “La Table du 11“.
Jean-Baptiste Lavergne Morazzani (Versailles), chef du restaurant “La Table du 11“.
A seulement 23 ans, Jean-Baptiste Lavergne Morazzani a ouvert son premier restaurant à Versailles, en début d’année : “La Table du 11“, dans le quartier Saint-Louis.
Formé auprès de Yannick Alléno au Meurice, de Philippe Belissant au Cobéa, c’est au contact de Simone Zanoni, le chef du Trianon Palace qu’il a fait ses véritables armes durant quatre ans.
A “La Table du 11“, le chef propose une cuisine délicate, raffinée et élégante, oscillant entre classicisme et modernité. Au cœur de sa cuisine, on trouve les produits de saison. Le chef accorde aussi une grande importance aux sauces. Une précision qui lui a valu cette année un très bon “bouche à oreille“ et le prix du jeune talent 2016 en Île-de-France décerné par le guide Gault et Millau.

• Ludovic Bisot (Rambouillet), fromager :

Ludovic Bisot (Rambouillet), fromager.
Ludovic Bisot (Rambouillet), fromager.
En février, le fromager du centre-ville de Rambouillet, Ludovic Bisot est devenu Meilleur Ouvrier de France. Depuis, il arbore dans sa boutique – joliment refaite – de la rue De-Gaulle, la veste blanche au fameux col tricolore, signe de l’excellence. Pour satisfaire sa clientèle, Ludovic Bisot s’attache à toujours proposer des nouveautés fromagères à ses clients, pour les surprendre, mais aussi parce qu’il déteste la routine commerciale. Ses spécialités ? Le fontainebleau maison, un petit fromage frais, à base de mousse de crème et de fromage blanc, traditionnel du sud de l’Ile-de-France. «J’essaye aussi de maintenir à Rambouillet une petite ambassade de fromages de Bourgogne. Je travaille notamment les plus connus que sont l’époisses et le chaource», dévoile-t-il. Fidèle à son envie de faire découvrir le fromage en jouant, Ludovic Bisot continue de proposer des jeux sur sa page Facebook.

• Caroline Jezequel (Versailles), gendarme à la brigade de prévention de la délinquance juvénile :

Caroline Jezequel (Versailles), gendarme à la brigade de prévention de la délinquance juvénile.
Caroline Jezequel (Versailles), gendarme à la brigade de prévention de la délinquance juvénile.
Caroline Jezequel est gendarme à Versailles. Elle est également une sportive accomplie. Fin décembre 2014-début janvier 2015, elle a participé à la Yéti race à La Plagne, en compagnie de Laëtitia Roux, plusieurs fois championne du monde et d’Europe de ski-alpinisme. Elle a réussi à boucler l’épreuve de 20 km et de 1000 mètres de dénivelé positif. Le duo a été sacré première équipe féminine. Son ultime défi serait de réussir un Iron Man (3,8 km de natation, 180 km de vélo et un marathon à enchaîner). «Cette épreuve et celle de la Diagonale des fous à La Réunion sont des grands rêves. Cela ne me fait pas peur. Je me dis que si d’autres l’ont fait, c’est possible !»

• Bruno Collard (Rambouillet), l’inventeur de Cycle et recycle :

Bruno Collard (Rambouillet), l’inventeur de Cycle et recycle.
Bruno Collard (Rambouillet), l’inventeur de Cycle et recycle.
Bruno Collard répare vos vieux vélos gratuitement. Ce n’est pas de l’altruisme, mais la volonté de promouvoir l’usage du vélo en ville pour lutter contre le réchauffement climatique. Avec l’équipe de Rambouillet en transition, ce bricoleur a ouvert un atelier dans son garage en centre-ville. Chaque samedi, il accueille des habitants qui sortent de leurs garages de vieux vélos jamais utilisés à cause d’un éclairage défectueux ou d’un frein cassé. Et Bruno les remet sur la route. Une initiative qui a fait boule de neige et incite d’autres personnes à donner d’anciens vélos pour leur donner une seconde vie. Avec la mairie de Rambouillet, Bruno installe désormais gratuitement des kits sécurité sur les vélos des scolaires, toujours pour inciter chacun à laisser sa voiture et à rouler à vélo en toute sécurité.

• Marcel Saintonge (Versailles), président de l’association des jardins familiaux de Jussieu :

Marcel Saintonge (Versailles), président de l’association des jardins familiaux de Jussieu.
Marcel Saintonge (Versailles), président de l’association des jardins familiaux de Jussieu.
Depuis plusieurs années, Marcel Saintonge, président de l’association des jardins familiaux de Jussieu, se donne du mal pour que ces jardins ouvriers soient une véritable bouffée d’oxygène pour le quartier et ceux qui y cultivent un lopin de terre. La ténacité de ce retraité versaillais a été récompensée au printemps.
Les jardins ont en effet reçu le label de Jardin remarquable, délivré par le ministère de la Culture. Une première en Île-de-France qui a permis de mettre en lumière l’action des bénévoles de l’association au sein de ces jardins comme l’application du zéro pesticide.
Depuis l’obtention de ce label, les jardins familiaux de Jussieu ouvrent régulièrement au public et accueillent des écoliers à qui une parcelle est réservée.

Eric Sanceau (Auffargis), éleveur, il redonne vie à la poule de Houdan… :

Eric Sanceau (Auffargis), éleveur, il redonne vie à la poule de Houdan.
Eric Sanceau (Auffargis), éleveur, il redonne vie à la poule de Houdan.
Eric Sanceau est un homme qui aime les nouveaux challenges. Après quinze années passées en tant que cavalier de niveau international, il décide de se reconvertir dans l’élevage.
À Auffargis, dans sa ferme “La Petite Hogue”, il a d’abord commencé par l’élevage de chevaux puis de bovins. Puis un jour, lui vient l’idée de “ressusciter” la poule de Houdan, connue pour sa chair tendre et servie il y a 700 ans aux tables des rois de France.
Au printemps dernier, l’exploitant reçoit 200 poussins. Après un passage sous couveuses, les poules sont lâchées au grand air.
Il est associé à Laurent Trochain dans cette aventure, restaurateur au Tremblay-sur-Mauldre. Les deux hommes veulent avant tout «rendre à la poule de Houdan ses lettres de noblesse.»

Carole Xénard (Plaisir), illustratrice :

Carole Xénard (Plaisir), illustratrice.
Carole Xénard (Plaisir), illustratrice.
A 32 ans, Carole Xénard possède un talent que beaucoup aimeraient avoir. Elle sait dessiner. L’illustratrice donne vie à des personnages hauts en couleur et remplis de vie. Un de ses derniers ouvrages était consacré aux abeilles. Avec Jack Guichard pour les textes, elle a réussi le pari d’expliquer avec humour comment fonctionne une ruche, comment vivent ces petites bêtes indispensables à la vie sur Terre. «C’était très intéressant d’autant plus que j’aime tout ce qui concerne la nature, l’écologie, la protection du vivant.»
Carole Xénard s’est installée à Plaisir voici trois ans. Aujourd’hui, elle enseigne le dessin à l’école de Condé et au College of Art, à Paris.
Ses ouvrages plaisent beaucoup aux familles. Dans leurs pages transparaissent la simplicité, la douceur et la maturité de l’artiste.

• Geneviève Bel (Rambouillet), présidente de la CGPME 78 :

Geneviève Bel (Rambouillet), présidente de la CGPME 78.
Geneviève Bel (Rambouillet), présidente de la CGPME 78.
Geneviève Bel est la présidente de la Confédération des petites et moyennes entreprises (CGPME) des Yvelines et vice-présidente du syndicat au niveau national. Elle est aussi en charge de l’entrepreneuriat féminin. Entre 2003 et cet automne, elle a siégé au Conseil supérieur de l’égalité professionnelle et est membre de droit de l’Observatoire de la parité en sa qualité de présidente de la délégation aux Droits des Femmes et à l’Égalité, pour laquelle elle a rapporté deux études sur le travail à temps partiel des femmes (2008) et l’entrepreneuriat au féminin (2009).
Elle prône notamment la lutte dès le plus jeune âge contre les représentations stéréotypées des rôles respectifs des hommes et des femmes, la création d’une antenne spécialisée au sein de l’Agence pour la création d’entreprise, des modes de garde souples pour les mères chefs d’entreprise…

• Eddie Benghanem (Versailles), chef pâtissier du Trianon Palace :

Eddie Benghanem (Versailles), chef pâtissier du Trianon Palace.
Eddie Benghanem (Versailles), chef pâtissier du Trianon Palace.
Son nom est sur toutes les lèvres. Et pour cause. Eddie Benghanem, le chef pâtissier du Trianon Palace, régale nos papilles !
En 2015, ce virtuose du goût a reçu le prix du meilleur dessert des Lebey de la gastronomie 2015.  Pour cela, il avait proposé un dessert en forme d’œuf (sa signature) à base d’ananas confit au parfum de noix de coco, sabayon glacé à la vanille de Tahiti acidulé à la passion.
Chef pâtissier du Trianon Palace de Versailles depuis 2009, il innove à chaque saison. D’ailleurs, les desserts, il les a dans le sang ; «C’est mon ADN». «J’essaie d’apporter une offre, une lecture différente de ce que l’on a l’habitude de manger», explique-t-il. Les clients du Trianon devraient encore quelques temps pouvoir profiter de ses créations car Eddie Benghanem le dit, «je me sens bien à Versailles».

• Édouard Grégoire (St-Arnoult), cogérant d’ArtEventia :

Édouard Grégoire (St-Arnoult), co-gérant d’ArtEventia.
Édouard Grégoire (St-Arnoult), co-gérant d’ArtEventia.
Cet automne, Édouard Grégoire et Pierre Legrand avaient de quoi être fiers de leur petite société ArtEventia. Spécialisée dans la création et la réalisation de spectacles pyrotechniques et d’illuminations, elle a remporté la médaille de bronze au concours international de Macau.
«C’est une reconnaissance de notre travail et cela va nous permettre de participer à d’autres concours internationaux», estime Édouard Grégoire, le directeur artistique.
Cette jeune entreprise – créée en 2013 – a ainsi montré que la valeur n’attend pas forcément le nombre des années. «Nous sommes jeunes et capables de gérer des événements très importants, même à 10 000 kilomètres du territoire français et de produire de belles choses», ajoute l’entrepreneur.

• Thomas Mordant (Versailles), étudiant :

Thomas Mordant (Versailles), étudiant.
Thomas Mordant (Versailles), étudiant.
En août dernier, Toutes les Nouvelles vous racontait le parcours de Thomas Mordant, admis à Normale sup à 16 ans alors qu’il est atteint d’une forme rare de la maladie des os de verre.
Après un bac scientifique obtenu avec mention très bien au lycée Hoche de Versailles, Thomas avait en effet intégré une prépa pour se préparer au concours de Normale sup.
A cause de sa maladie et depuis son plus jeune âge, ses parents se sont battus pour qu’il puisse être scolarisé et il a pu trouver dans les Yvelines des personnes prêtes à l’aider. Tout ce parcours l’a ainsi mené à intégrer cette prestigieuse école à seulement 16 ans. Passionné par les maths, Thomas explique vouloir un «emploi, glorieux si possible». Après Normale sup, il pourrait ainsi devenir enseignant et/ou chercheur. Reste à savoir si sa préférence ira aux mathématiques ou à l’informatique.

• Sylvie Doagio (Rambouillet), Les Créartisanes… :

Sylvie Doagio (Rambouillet), Les Créartisanes…
Sylvie Doagio (Rambouillet), Les Créartisanes…
En septembre, la créatrice de bijoux Sylvie Doagio a lancé l’idée de créer un regroupement d’artisans qui partagent une même façon de créer sur mesure et local. Ainsi, elle a donné naissance aux Créartisanes Made in Rambouillet. Une façon de faire mieux que le made in France, du fait maison 100% sud-yvelinois. Catherine qui fait des vêtements à partir de laine de mérinos, Camille qui réalise des brides sur mesure pour les centres équestres de la région, ou encore Isabel qui a créé une marque fun “Les Epatantes” ont rejoint le mouvement. Elles sont désormais huit femmes à défendre et revendiquer une autre façon de créer et de fabriquer localement. En octobre dernier, elles organisaient leur première exposition à l’agence de notre journal à Rambouillet. Elles étaient aussi au salon des artisans d’art de la Vallée de Chevreuse et à la Cour des métiers d’art de Versailles.

• Romain Stutzmann (Vélizy), cofondateur du système Depopass :

Romain Stutzmann (Vélizy), cofondateur du système Depopass.
Romain Stutzmann (Vélizy), cofondateur du système Depopass.
Installé dans la zone d’activités de Vélizy, Romain Stutzmann a créé Depopass avec Frédéric Ribau et Vincent Deumier.
Ce système entend se positionner comme une alternative crédible au chèque de banque lors d’une vente de voiture d’occasion entre particuliers. «On vérifie les pièces d’identité et les justificatifs de domicile de l’acheteur et du vendeur. Tout est verrouillé. Les gens sont vraiment en sécurité avec nous, explique l’entrepreneur. On est un peu les notaires de la voiture.»
5,4 millions de véhicules d’occasion ont été vendus en France en 2014.
Développé pour l’instant dans l’automobile, Depopass pourrait, à terme, être étendu à d’autres secteurs.

Blandine Cain (Méré), entrepreneuse :

Blandine Cain (Méré), entrepreneuse.
Blandine Cain (Méré), entrepreneuse.
À 34 ans, après une carrière en tant que chef de projet dans plusieurs entreprises, Blandine Cain aspirait à autre chose. Installés à Montfort l’Amaury depuis sept ans, son mari et elle achètent une grange à Méré.
A l’étage, Blandine se lance dans la création d’un espace de coworking en milieu rural. Dans le loft de 230 m2, on trouve un grand open space, trois bureaux fermés, un salon-bibliothèque, des salles de réunion, une cuisine, sans oublier un jardin avec peut-être un potager au printemps prochain, histoire de ne pas oublier qu’on est à la campagne. ”Le 50 Coworking” a ouvert fin octobre et accueille de 7h à 22h, des travailleurs indépendants ou des adeptes du télétravail. Belle réussite pour Blandine car aujourd’hui, ils sont déjà 18 travailleurs dans divers domaines (graphisme, secrétariat, communication digitale, édition de logiciel, etc… ), à avoir investi les locaux cosy et studieux du “50”.

• Mustapha Larbaoui (Trappes), président du club de football de Trappes :

Mustapha Larbaoui, président du club de football de Trappes.
Mustapha Larbaoui, président du club de football de Trappes.
Pharmacien de profession, Mustapha Larbaoui est également le président de l’Etoile sportive de Trappes. Sous son impulsion, le club de football a dépassé les mille licenciés, devenant le plus important du département. A la rentrée de septembre, l’homme fort du club a lancé une section féminine qui compte déjà une soixantaine de joueuses.
Depuis les vacances de la Toussaint, le dirigeant trappiste a également mis en place l’académie : du soutien scolaire gratuit destiné à une trentaine de ses jeunes joueurs âgés de 9 à 10 ans. Un cas unique dans le département.
Multipliant les casquettes, Mustapha Larbaoui a enfin créé l’Appel (Association des personnalités  passionnées par l’éducatif et les loisirs) dont le but est de fédérer les associations sportives et culturelles de Trappes et de mutualiser les moyens.

Nathalie Brault (Garancières), éditrice :

Nathalie Brault (Garancières), éditrice.
Nathalie Brault (Garancières), éditrice.
Sa maison d’édition Flamant Noir, spécialisée dans les thrillers et les polars, est née il y a deux ans. Un peu par hasard. Atteinte du syndrome de la fibromyalgie, lors de sa convalescence, Nathalie s’est plongée dans la lecture. «Les livres m’ont vraiment aidée à aller mieux», raconte celle qui s’est lancée dans un blog littéraire où elle a rencontré des auteurs. «Leurs livres m’ont donné la force et l’envie de créer cette maison d’édition. Encore aujourd’hui, ce travail m’aide au quotidien. Leur talent m’apporte beaucoup et constater qu’un livre Flamant Noir plaît aux lecteurs ou que l’un des auteurs est couronné par un prix littéraire, c’est ma plus belle récompense.» Cette année, Flamant Noir fête ses deux ans avec dix livres édités et déjà deux prix littéraires; «Cette maison d’édition est une belle revanche sur la fibromyalgie.»

• Jean-Pierre Aquino (Versailles), médecin à l’hôpital de la Porte Verte :

Jean-Pierre Aquino (Versailles), médecin à l’hôpital de la Porte Verte.
Jean-Pierre Aquino (Versailles), médecin à l’hôpital de la Porte Verte.
Directeur du pôle médicosocial à l’hôpital de la Porte Verte à Versailles, Jean-Pierre Aquino a remis, le 18 septembre, le plan national d’action de prévention de la perte d’autonomie à Laurence Rossignol, secrétaire d’Etat chargée de la famille, de l’enfance, des personnes âgées et de l’autonomie.
Ce rapport propose aux acteurs de terrain des mesures opérationnelles à mettre en place pour prévenir la perte d’autonomie chez les personnes âgées. «C’est une boîte à outils qui va leur permettre de répondre aux objectifs que la loi leur fixe», indique le médecin, déjà à l’origine du plan national “Bien vieillir” en 2007.
Le texte met en avant des grands objectifs comme la prévention des pertes d’autonomie évitables, le développement de la recherche ou bien la formation des professionnels. La loi sur l’adaptation de la société au vieillissement doit entrer en application au 1er janvier 2016.

Charlotte Mestres Desmet (Rambouillet), étudiante, a participé aux cérémonies du Panthéon :

Charlotte Mestres Desmet (Rambouillet), étudiante, a participé aux cérémonies du Panthéon.
Charlotte Mestres Desmet (Rambouillet), étudiante, a participé aux cérémonies du Panthéon.
Elle n’a que 21 ans mais on peut voir en Charlotte une future femme engagée en faveur des valeurs de la République. La jeune Rambolitaine s’est illustrée ces derniers mois à plusieurs reprises. À commencer par la cérémonie au Panthéon lors de la Journée nationale de la Résistance (27 mai). Ce jour-là, Charlotte porte la pancarte correspondant à Pierre Brossolette, le premier à être honoré. Quelques jours plus tard, elle se retrouve à Munich, lors du G7, en tant qu’ambassadrice de “ONE”. Accompagnée de 250 jeunes, elle demandera aux dirigeants d’agir contre l’extrême pauvreté.
Enfin, le 14 juillet dernier, Charlotte participe à l’animation de clôture du défilé, durant lequel elle a pu serrer la main du Président. Dernièrement, elle était au Conseil de l’Europe dans le cadre de la 29e session du Congrès des pouvoirs locaux et régionaux à Strasbourg, sélectionnée pour représenter la France.

• Bertrand Chapel (Guyancourt), professeur au lycée hôtelier :

Bertrand Chapel (Guyancourt), professeur au lycée hôtelier.
Bertrand Chapel (Guyancourt), professeur au lycée hôtelier.
Professeur au lycée hôtelier de Guyancourt, Bertrand Chapel a remporté, en mars dernier, le prix de Meilleur Maître d’hôtel de France. L’enseignant a été sacré au terme de dix épreuves telles que le découpage de viande, la préparation de cocktails ou encore la connaissance des vins et des fromages. «Un bon maître d’hôtel est celui qui sera à l’écoute du client, qui saura devancer ses envies et l’aider à faire les bons choix», précise-t-il.
Avant d’enseigner, Bertrand Chapel avait été au service de grands chefs étoilés : chez Michel Bras à Laguiole, chez Stéphane Dupuy au château de Codignat à Bort-L’Étang et chez Marc Meneau à Saint-Père-sous-Vézelay.
Rendez-vous est d’ores et déjà pris pour la finale mondiale prévue l’an prochain.

Jean-Marc Hommey (Rambouillet), Les barques du Château :

Jean-Marc Hommey (Rambouillet), Les barques du Château.
Jean-Marc Hommey (Rambouillet), Les barques du Château.
Jean-Marc Hommey a ressuscité le canotage au château de Rambouillet. On n’avait plus vu de barques dans la cité présidentielle depuis les années 50. Pour en arriver là, il a fallu obtenir toutes les autorisations et suivre strictement les recommandations du Centre des Monuments nationaux.
Il a fallu faire construire les barques mais aussi le ponton et le chalet en bois naturel par des artisans. Des centaines de visiteurs se pressent chaque jour pour faire un tour en barque ou enfourcher un cycle. Du coup, son arrivée a fait du bien au tourisme à Rambouillet.
Depuis plus de 20 ans, il fait le bonheur des familles en proposant des cycles au Parc de Saint-Cloud. Une expérience réussie qu’il met aujourd’hui en pratique dans le parc du château de Rambouillet.
00000

François Desserre

Responsable rubrique faits divers et justice.
Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image