Limay Des fouilles sous-marines, sur les traces du moulin disparu

Depuis juin, des plongeurs s'affairent au pied du Vieux pont de Limay, pour retrouver les restes d'un moulin, effondré au XIX siècle. Mission réussie : les piliers de l'édifice ont été localisés, par cinq mètres de fond.

Publié le : 13/09/2017 à 19:00

Ces plongeurs ont déjà passé 80 heures à sonder les abords du pont. Ils ont retrouvé les pieux sur lesquels reposait le moulin (à droite, photo sous-marine). -
Ces plongeurs ont déjà passé 80 heures à sonder les abords du pont. -

Le Vieux pont de Limay, partiellement détruit pour stopper l’avancée allemande en 1940, accueillait autrefois un moulin surmonté d’une maison en torchis. Posé sur pilotis, il était adossé à l’ouvrage. Jusqu’en 1871, année où il a sombré dans la Seine après avoir été percuté par une barge.

Depuis mi-juin, quatre amateurs de plongées fouillent les profondeurs du fleuve, au pied du pont, pour retrouver des restes de ce moulin. L’opération est une initiative de la commission archéologique des Yvelines de la Fédération française d’études et de sports sous-marins (FFESSM). « C’est une période propice aux recherches. Le niveau est plus bas, le courant est faible et l’eau est à 24°C », fait savoir Patrick Gervais, l’un des plongeurs, membre de l’Association sportive mantaise.

Ces plongeurs ont déjà passé 80 heures à sonder les abords du pont. Ils ont retrouvé les pieux sur lesquels reposait le moulin (à droite, photo sous-marine). -
Ils ont retrouvé les pieux sur lesquels reposait le moulin (photo sous-marine). -

Les 80 heures de plongées déjà effectuées ont porté leurs fruits. Une trentaine de pieux en bois, plantés dans le sol, ont été localisés par cinq mètres de fond, à l’aplomb du pont. C’est sur ces poteaux, sectionnés au moment du choc avec le bateau, que reposait le moulin.

« Ils sont encore tous là, précise Patrick Gervais. Ils mesurent entre vingt et cinquante centimètres de diamètre, sur environ vingt centimètres de haut. » Deux grandes poutres en bois, appartenant au bâtiment écroulé, ont aussi été retrouvées dans ce périmètre. « Le reste a été emporté par le courant au moment de l’accident », rapporte Patrick Gervais.

L’étape suivante, ce sera de dater ces morceaux de bois, pour pouvoir estimer l’année de construction dudit moulin, inconnue jusqu’alors. Deux échantillons vont être prélevés, puis transmis à un expert en datation. « C’est une manœuvre délicate. Ce sont des pieux en chêne, très costaud, à découper à la scie manuelle, avec une visibilité très faible », explique Pierre de Simon, 68 ans, président de la commission archéologique de la FFESSM et participant aux plongées.

Ce moulin s’est effondré en 1871, heurté par une embarcation.
Ce moulin s’est effondré en 1871, heurté par une embarcation.

Ce chantier s’achèvera en septembre. Chaque année, ces plongeurs bénévoles réalisent une opération de ce type dans le département. « Nous cherchons des traces du passé en sondant les cours d’eau, ajoute Patrick Gervais. On fait parfois ressurgir des choses enfouies que personne ne connaît. »

78520 Limay
Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image