Les Mureaux Du conservatoire au Grand Palais, il n'y a qu'un pas

Vingt danseurs des Mureaux iront danser au Grand Palais pour célébrer les 50 ans de Messe pour le temps présent, de Maurice Béjart.

Publié le : 13/07/2017 à 20:00

Les danseurs sont en grande partie issue du Conservatoire Gabriel Fauré. -
Les danseurs sont en grande partie issus du Conservatoire Gabriel Fauré. -

C’est dans un cadre d’exception que vont pouvoir s’exprimer ces jeunes danseurs Muriautins. Le 13 juillet, la petite troupe des chorégraphes Merlin Nyakam et Nicole Ponziot iront danser dans la nef du Grand Palais à Paris. Baptisé Le grand bal, ce projet rassemble 160 danseurs de toute la région parisienne et dont certains, à l’image des Muriautins, sont issus de quartiers « politique de la ville ». Dans ce bal du 14 juillet réinventé, ils rendront hommage à la pièce de Maurice Béjart Messe pour le temps présent, qui a tout juste 50 ans.

Vingt danseurs de 9 à 35 ans

Nicole Ponziot est une ancienne collaboratrice de Pierre Doussaint, célèbre chorégraphe bien connu des Muriautins qui a d’ailleurs donné son nom au centre de la danse de la commune. Cela fait maintenant 30 ans qu’elle travaille aux Mureaux. Après son travail au sein de la compagnie de Doussaint, elle est devenue professeure au conservatoire Gabriel Fauré, et poursuit une résidence aux Mureaux avec sa compagnie Les Mille Saveurs. Choisi par les organisateurs du Grand Bal pour représenter les Yvelines, Merlin Nyakam est un proche de Nicole Ponziot avec qui il forme un duo. Ensemble et en partenariat avec le conservatoire, ils ont donc décidé de sélectionner puis former cette vingtaine de jeunes danseurs des Mureaux âgés de 9 à 35 ans.

Hommage à Pierre Henry

« Ils commencent à ressentir le stress, c’est positif », raconte Nicole Ponziot. « Notre troupe mélange les âges, les cultures et les danses », ajoute la chorégraphe, fidèle à l’esprit de Pierre Doussaint. Sur place, ses protégés danseront simultanément avec sept autres groupes. Il y aura de la danse contemporaine, du hip-hop, du jazz… Au total, 400 danseurs amateurs feront vibrer de leur pas les murs du célèbre édifice parisien.

2017 est aussi l’année du 90e anniversaire du compositeur Pierre Henry, père des musiques concrète et électronique, dont on a appris la disparition le 5 juillet dernier. C’est lui qui avait composé le tube planétaire, Messe pour le temps présent et permis la découverte de la musique concrète au grand public. Il devait être présent jeudi. Dans la nef du Grand Palais, tous lui rendront hommage en dansant.

78130 Les Mureaux
Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image