Rambouillet Gérard Larcher Premier ministre, "pas le rêve de ma vie"

Lors de sa première conférence de presse de 2017, Gérard Larcher, chargé par Fillon de mener les négociations avec les syndicats a répondu aux questions. Morceaux choisis.

Publié le : 11/01/2017 à 17:34

Gérard Larcher, mercredi au Sénat pour sa conférence de presse.
Gérard Larcher, mercredi au Sénat pour sa conférence de presse.

Dans les salons du Petit Luxembourg, les journalistes de la presse politique parisienne n’avaient qu’une question en tête : Qui sera le Premier Ministre d’un François Fillon président de la République ? Surtout depuis que, ce mercredi matin, François Fillon a révélé au micro de Jean-Jacques Bourdin sur RMC, qu’il avait “une idée en tête” sur le nom de son futur Premier ministre. Sans rien dire de plus, Fillon a convenu que ce serait un soutien de la première heure : “Ce serait préférable…” a déclaré Fillon.

Aussi ce matin, on entendait au Sénat, les journalistes évoquer Gérard Larcher comme candidat “idéal à ce poste…pour le dialogue social”.

Soutien de la première heure, Gérard Larcher est bel et bien le négociateur de Fillon auprès des partenaires sociaux : “Demain, je rencontre Martinez (CGT). Le 20 janvier, j’aurai terminé et je ferai la synthèse à François Fillon”, a expliqué le Président du Sénat. “Travailler de manière bilatéral est mon sport favori. Ensuite, il arbitrera”.

Premier ministre ? “Ce n’est pas le rêve de ma vie”

Au regard de ses missions importantes confiées par Fillon, est-ce à dire que Larcher serait favori au poste de Premier ministre ?

A la question, Gérard Larcher sourit d’abord : “Je ne savais pas que Matignon avait déménagé rue de Vaugirard ! Ce n’est pas le sujet aujourd’hui. Il appartient au président de la République seul, et lui seul, en fonction de ce qu’il juge. Et personnellement, ce n’est pas le rêve de ma vie, voilà !”

Un plan d’urgence pour l’emploi

Cependant, Gérard Larcher a donné les grandes lignes des priorités de Fillon dans le cas où il serait élu président de la République.

“François Fillon a réservé sa première visite à Emmaüs car quand le nombre de personnes vivant sous le seuil de pauvreté a augmenté d’un million, la priorité est l’emploi, et la question de la pauvreté passe par l’emploi…

François Fillon, ce n’est pas Thatcher mais c’est le discours de Schroder de 2003. Avec la lutte contre la pauvreté en plus. François Fillon proposera cet été un texte d’urgence sur le travail.”

Cumul des mandats

“La question a été tranchée par François Fillon. On ne reviendra pas sur le non cumul des mandats. Tous les parlementaires devront s’y plier. Il faudra réfléchir au statut de l’élu. “Un référendum portant sur l’organisation du parlement, le nombre d’élus, le mode de fonctionnement sera proposé.

Mais ce n’est pas la première des priorités”.

Cependant le président du Sénat s’interroge sur une loi qui ne prend pas toujours en compte “la réalité de la vie des élus. Le maire de Gambaiseuil (Yvelines) ne peut pas être traité comme celui de Marseille”

Le chevalier Macron

Gérard Larcher a donné son point de vue sur l’actualité politique à gauche : “Le parti socialiste est pris en étau entre deux trublions qui viennent perturber sa primaire : le chevalier Macron et le tonitruant Mélenchon.

Le premier continue sa marche comme le révolutionnaire hors système qu’il se dit être après conçu le programme économique du candidat Hollande. Le second fustige à tout-va et se verrait bien représenter à lui seul la classe ouvrière qui pourtant l’a abandonné depuis longtemps pour les sirènes du FN”.

78120 Rambouillet

Philippe Cohen

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image