Saint-Germain-en-Laye Il a démissionné. Xavier Lebray brigue le poste de maire... de Neufchâtel-Hardelot

Maire adjoint à l'urbanisme, Xavier Lebray a démissionné de son poste pour pouvoir se consacrer pleinement à sa campagne électorale. L'ancien élu brigue en effet la mairie de Neufchâtel-Hardelot, une commune du Pas-de-Calais.

Publié le : 13/09/2017 à 09:49

Xavier Lebray (à gauche sur notre photo) était aux côtés d'Arnaud Péricard lors de son élection au poste de maire le 7 juin dernier. -
Xavier Lebray (à gauche sur notre photo) était aux côtés d'Arnaud Péricard lors de son élection au poste de maire le 7 juin dernier. -

Sur le site Internet de Saint-Germain-en-Laye, il apparaît encore dans la liste des élus appartenant à la majorité municipale et pourtant Xavier Lebray a bel et bien quitté ses fonctions.

Ancien maire adjoint
à l’urbanisme

Celui qui occupait le poste de 7e maire adjoint en charge de l’urbanisme a récemment démissionné pour se consacrer à d’autres activités politiques. Ce dernier s’est en effet lancé dans une campagne électorale à la tête d’une liste dénommée liste « Construisons l’Avenir Ensemble », visant à décrocher la mairie de Neufchâtel-Hardelot. Cette commune dans laquelle des élus ont démissionné en juin dernier pour forcer le maire, Jean-Pierre Pont élu député et concerné par le non-cumul des mandats, à organiser de nouvelles élections municipales est située dans le Pas-de-Calais. Un département dont Xavier Lebray est originaire.

Des liens qui n’expliquent pas, à eux seuls, la décision de celui qui fut successivement conseiller municipal de la majorité dans l’équipe de Michel Péricard, puis maire adjoint aux côtés des deux maires suivant : Emmanuel Lamy puis Arnaud Péricard.

« Ma décision
est une conjugaison
de facteurs »

« Ma décision est une conjugaison de facteurs, indique Xavier Lebray. J’ai cessé mon activité d’avocat il y a un an et demi. J’ai retrouvé une plus grande liberté qui m’a poussé à m’interroger sur l’endroit où j’allais passer plus de temps. Au moment de l’élection présidentielle, Alain Juppé m’avait demandé de m’investir dans le Pas-de-Calais. J’y suis donc déjà investi politiquement. Je suis très attaché à cette région où j’ai toujours eu une maison. »

Dans les éléments qui l’ont poussé à prendre sa décision, l’ancien maire adjoint met aussi en avant le décès, en mai dernier, de l’ancien maire Emmanuel Lamy et sa succession. « J’ai beaucoup œuvré pour qu’Arnaud Péricard devienne maire. C’est une bonne chose pour Saint-Germain-en-Laye. Il va devoir recomposer une dream team pour la commune pour qu’elle soit présente dans les différentes instances décisionnelles. Il faut qu’il ait les coudées franches pour le faire. »

S’il s’éloigne de la vie politique saint-gemanoise, celui qui ne peut concevoir l’existence sans exercer un engagement « public ou associatif » restera bien sûr attaché à Saint-Germain où il s’était installé il y a une quarantaine d’années et où demeure une partie de sa famille.

Déjà candidat en 2001 contre Emmanuel Lamy

Aujourd’hui, il se consacre à 100 % à cette campagne électorale de Neufchâtel-Hardelot dont l’issue sera connue au soir du dimanche 8 octobre. C’est la seconde fois que Xavier Lebray brigue un poste de maire. En 2001, il s’était présenté à la tête d’une liste dissidente « Renouveau pour Saint-Germain » contre Emmanuel Lamy. Il avait obtenu 17,18 % des suffrages au second tour face à une liste de gauche (24,09 %) et l’ancien édile (58,73 %) dont il allait rejoindre la liste en 2008 et devenir maire adjoint.

78100 Saint-Germain-en-Laye

Philippe Roudeillat

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image