Triel-sur-Seine Incendie criminel dans le camp de Roms

Le principal camp de Roms de la Plaine de Triel-Chanteloup a été la cible d'un feu criminel, ce mardi 16 mai dans l'après-midi. À l'origine du sinistre : un différend entre habitants de ce bidonville datant de 2007. Le sous-préfet de Saint-Germain-en-Laye a annoncé un démantèlement de tous les camps du secteur dans le courant du mois de juillet.

Publié le : 16/05/2017 à 18:39

 -
Une dizaine de caravanes a été détruite par les flammes. La présence de bouteilles de gaz a également compliqué l'intervention des pompiers.

Un feu d’origine criminelle s’est déclaré dans le grand camp de Roms de Triel constitué d’au moins une centaine de personnes, ce mardi 16 mai peu après 15 h 30. Un total de 58 sapeurs-pompiers, issus de sept casernes différentes (Chanteloup-les-Vignes, Les Mureaux, Magnanville, Maisons-Laffitte, Poissy, Saint-Germain-en-Laye et Vernouillet), et 22 véhicules d’incendie et de secours sont intervenus sur les lieux du sinistre. Un tractopelle de la commune voisine de Carrières-sous-Poissy s’est également rendu sur place pour prêter main-forte aux soldats du feu.

Une soixantaine de personnes hébergée en urgence

dans des gymnases de Triel et Carrières-sous-Poissy

Une dizaine de caravanes se sont embrasées. Les flammes ont également gagné une surface de 500 m², sur laquelle se trouvaient des bouteilles de gaz. Suite à l’explosion des bouteilles de gaz, trois pompiers ont été victimes d’acouphènes. Il n’y a pas eu de blessés du côté de la communauté rom. Environ 60 personnes, privées de toit, vont être hébergées dans les gymnases Maurice-Solleret (Triel-sur-Seine) et Bretagne (Carrières-sous-Poissy).

Une vengeance entre Roms

Le pyromane (44 ans), surpris par un témoin, a été lui interpellé. Il s’agit d’une personne du camp, fortement alcoolisé au moment de son arrestation. Il a été placé en garde à vue après avoir reconnu les faits. Le mis en cause a raconté aux forces de l’ordre qu’il avait un différend de longue date avec un autre habitant du camp. Ce dernier lui prendrait régulièrement de l’argent.

Le sous-préfet annonce le démantèlement du bidonville en juillet

Joël Mancel, le maire de Triel-sur-Seine, Christophe Delrieu, son homologue de Carrières-sous-Poissy, un membre de la Ligue des droits de l’homme et le sous-préfet de Saint-Germain-en-Laye, Stéphane Grauvogel, se sont rendus sur les lieux. Ce dernier a annoncé une évacuation et un démantèlement de tous les camps de Roms du secteur dans le courant du mois de juillet.

Cette décision était dans les tuyaux de la sous-préfecture depuis plusieurs mois. Les services de l’État ont décidé d’attendre la fin de l’année scolaire, la plupart des enfants de la communauté rom étant scolarisé dans des établissements du secteur, pour raser le bidonville de Triel, qui date de 2007, et les trois autres petits camps alentour. L’un d’entre eux se trouve dans la plaine de Carrières-sous-Poissy. Il avait été découvert au début du mois d’avril à la suite d’un autre incendie.

Thomas Richardson et David Goudey

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

78510 Triel-sur-Seine

David Goudey

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image