Vélizy-Villacoublay L'agresseur de l'inspecteur du permis de conduire échappe à la prison

L'homme de 25 ans qui avait frappé et menacé un inspecteur du centre d'examen de Vélizy-Villacoublay, le 7 avril dernier, a été condamné ce mercredi 17 mai à huit mois ferme. Suivant les réquisitions du ministère public, Kevin n'a toutefois pas été incarcéré.

Publié le : 18/05/2017 à 12:31

L'inspecteur du centre d'examen, traumatisé, est en arrêt depuis les faits. -
L'inspecteur du centre d'examen, traumatisé, est en arrêt depuis les faits.

La surcharge de l’audience, le 12 avril dernier, avait conduit les magistrats à renvoyer l’affaire au 17 mai. Ce report lui a sans doute évité la prison…

Kevin (25 ans) comparaissait mercredi dernier devant le tribunal de Versailles pour l’agression d’un inspecteur du permis de conduire au centre d’examen de Vélizy-Villacoublay. Les faits datent du vendredi 7 avril. Le prévenu, domicilié à Creil (Oise), était également poursuivi pour menaces et outrages à l’endroit de sa victime. L’affaire avait débouché sur un mouvement de grève des inspecteurs du permis de conduire sur l’ensemble de l’Ile-de-France, le 10 avril.

Dent cassée pour la victime

Tout avait commencé le 6 avril. L’inspecteur estime que Kevin n’est pas encore prêt. D’après son témoignage, le candidat commet erreurs sur erreurs. Il devra même intervenir sur le volant pour éviter un accident. La victime qualifiera le candidat de « danger public » après les faits. L’épreuve est donc vite raccourcie. Kevin a déjà compris, sans même avoir le résultat, qu’il n’aura pas son permis.

Le lendemain, Kevin décide de retourner au centre d’examen, situé à proximité de la zone aéronautique Louis-Breguet. Il veut des explications sur ce qu’il qualifie « d’injustice ». Plusieurs témoins raconteront avoir remarqué le jeune homme. « Vous sembliez énervé et déterminé », a noté la présidente à la lecture des procès-verbaux du dossier. L’inspecteur arrive une dizaine de minutes plus tard. Il est de retour d’un examen. Kevin fonce vers lui d’un pas décidé.

« Tu es grillé, je vais te fumer ! »

« Tu te souviens de moi ! Qu’est-ce que tu as fait ! »L’inspecteur refuse de se justifier. Son interlocuteur se montre de plus en plus virulent. Se sentant menacé, l’examinateur sort son téléphone portable pour tenter de filmer la scène. L’agent de sécurité du site, qui avait remarqué l’attitude suspecte de Kevin dès son arrivée, intervient au même moment. Il ceinture le candidat. Mais Il ne peut l’empêcher d’assener un crochet à la mâchoire de l’inspecteur. La violence du coup fracture en deux l’une de ses dents. « Tu es grillé, je vais te fumer », balance aussi Kevin à sa victime. L’un des témoins affirmera avoir également entendu l’accusé dire : « J’ai vengé tous ceux qui ont passé le permis avec cet inspecteur ce jour-là. » Avant d’être maîtrisé par le vigile, Kevin a le temps de porter un second et dernier coup dans le dos de l’examinateur, qui s’est retourné pour se protéger.

Interpellé par une patrouille de gendarmerie, alertée des faits, Kevin est placé en garde à vue puis en détention provisoire à la prison de Bois-d’Arcy dans l’attente de sa comparution au TGI de Versailles le 12 avril. Ce jour-là, après le renvoi de l’affaire au 17 mai, la défense obtient sa remise en liberté et son placement sous contrôle judiciaire.

« Je ne l’ai pas frappé ! »

Mercredi, à la barre, Kevin a nié d’entrée les coups et les menaces. « Je ne l’ai pas frappé », a-t-il inlassablement répété durant l’audience. « Je voulais juste une explication. On était quatre candidats ce jour-là. Ça a duré 35 minutes. Son attitude, dès le départ, nous laissait penser qu’il allait nous recaler. »

« J’ai déconné ! »

« J’ai déconné, a-t-il admis ensuite. Je n’aurais pas dû revenir. J’aurais dû me contenter d’une lettre à sa hiérarchie pour le griller. C’est ça que je voulais dire. Ce n’était pas une menace de crime. »

Dans ce dossier, un seul témoin a clairement confirmé avoir vu Kevin frappé l’examinateur. Il s’agit d’une monitrice. L’agent de sécurité, masqué par l’accusé au moment d’intervenir, a dit lui avoir seulement vu « son bras se lever ». « Une candidate au permis a également démenti avec insistance la thèse des coups, a relevé Maître Mandine Blondin. L’accusation de violence ne tient pas. »

L’inspecteur n’a pas repris le travail

Ce plaidoyer n’a pas résisté à la constance des déclarations de la victime et aux rapports des médecins qui se sont penchés sur l’examen de la fameuse molaire fracturée. L’inspecteur – « prostré et traumatisé » a raconté son avocat – n’a toujours pas repris son poste. « Il ne se sentait pas non plus le courage de revenir aujourd’hui. L’audience du 12 avril avait été une douloureuse épreuve. »

La procureure a réclamé une condamnation ferme de 8 mois. Elle n’a en revanche pas demandé l’incarcération de Kevin. Le jeune homme a en effet été embauché en CDI comme électricien depuis le 1er mai. « Après plusieurs condamnations et des séjours en prison, je ne veux pas mettre en péril son parcours de réinsertion. Voilà pourquoi je ne demande pas de mandat de dépôt. »

Son embauche lui sauve la mise

Les juges ont suivi les réquisitions du ministère public. « Il faudra toutefois que vous présentiez au juge d’application des peines ce contrat de travail signé et des feuilles de salaires qui attestent de la réalité de cet emploi », a prévenu la présidente.

Kevin devra également verser 2 000 euros de provision à sa victime dans l’attente du jugement de l’affaire sur les intérêts civils, fixé au 24 octobre prochain. La partie civile demande 5 000 euros au titre de la réparation de la dent. Des experts devront également évaluer d’ici là le préjudice moral.

78129 Vélizy-Villacoublay

David Goudey

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image