Bois-d'Arcy L'agresseur du supermarché se sentait visé par une remarque raciste

Un homme qui a pris à partie des clients d'un supermarché de Bois-d'Arcy a expliqué lors de son audience avoir été provoqué par une victime, qui lui aurait adressé une remarque qu'il juge raciste. Il a été condamné à deux ans de prison et écroué.

Publié le : 01/11/2016 à 19:00

Face aux juges, le prévenu affirmait avoir été victimes d'une remarque raciste.
Face aux juges, le prévenu affirmait avoir été victimes d'une remarque raciste.

Mercredi 26 octobre, le tribunal correctionnel de Versailles jugeait un habitant de Trappes de 38 ans suite à une altercation au supermarché Leclerc de Bois-d’Arcy, le lundi précédent.

Ce jour-là, peu après 19 heures, un différend éclate à la caisse entre Achour, accompagné de sa femme et de ses enfants, et un couple de clients. « De toute manière, vous n’aimez pas l’Islam », lance le trentenaire, habillé en djellaba. Il les invective, les menace de mort. Une policière municipale, qui faisait la queue en famille quelques caisses plus loin, s’en mêle. Elle se fait insulter et répond. Le Trappiste la menace de mort, aussi, en mimant un égorgement. La policière exhibe alors sa carte professionnelle. Son doigt glisse une nouvelle fois au niveau de sa gorge.

Pour sa défense, Achour estime avoir été provoqué par le couple à la caisse à cause de sa tenue vestimentaire : « Elle a pris de la viande de porc et a dit « ça sent bon la France », tout en me narguant, explique-t-il, dans le box. Si j’avais été habillé en jean, aurais-je entendu cette remarque ? » L’enquête n’a pas permis de prouver si ces propos ont été tenus.

« Je suis pris en sandwich par ma religion »

Le trentenaire, déjà condamné à plusieurs reprises notamment pour deux affaires en lien avec une entreprise terroriste, reconnaît néanmoins que sa réaction était disproportionnée : « J’aurais dû ne rien dire, poursuit le prévenu. Mais je suis pris en sandwich par ma religion. Je suis libre de m’habiller comme je veux. » Il réfute avoir menacé la policière après qu’elle ait décliné sa fonction.

La procureure a dénoncé l’attitude « irresponsable » du prévenu : « Je suis particulièrement choquée qu’il se comporte ainsi en présence de ses enfants. »

« Ce n’est pas son attitude qui a déclenché l’altercation initiale, c’est sa simple présence, son appartenance religieuse », plaidait son avocate qui a mis en cause la policière municipale : « La vidéosurveillance démontre qu’elle était déjà bien excitée à sa caisse avant le début du différend, souligne-t-elle. Quand elle s’en est mêlée, elle était hystérique, elle hurlait. Elle voulait en découdre avec mon client. C’est son mari et un agent de sécurité qui l’ont retenu. Quand on est policier municipal, on calme le jeu, on ne met pas de l’huile sur le feu. »

Achour a été condamné à deux ans de prison et écroué. Il devra verser 1 000 euros de dommages et intérêts à la policière.

78390 Bois-d'Arcy
Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image