La tour Montjoie à Conflans

Le donjon en bois qui avait recueilli les reliques de sainte Honorine, menacées par les Vikings au Havre, a été détruit par un beau-frère du baron de Conflans.

Publié le : 24/03/2015 à 13:00
Aujourd’hui, la tour est une coquille vide qui ne se visite que lors des Journées du patrimoine. ©Geoportail-Viamichelin
Aujourd’hui, la tour est une coquille vide qui ne se visite que lors des Journées du patrimoine. ©Geoportail-Viamichelin
Bâtie sur un éperon rocheux, l’accès se faisait par l’arrière au niveau du premier étage.
Bâtie sur un éperon rocheux, l’accès se faisait par l’arrière au niveau du premier étage.
Il ne reste rien à l’intérieur, suite à la destruction de la toiture au XVIe siècle.
Il ne reste rien à l’intérieur, suite à la destruction de la toiture au XVIe siècle.
Elle domine la ville et se voit de loin : le donjon servait aussi de tour de guet.
Elle domine la ville et se voit de loin : le donjon servait aussi de tour de guet.
Au début était un château en bois dominant la Seine sur la colline de Conflans, à quelques centaines de mètres du confluent d’avec l’Oise. Une Gauloise de la tribu des Calètes, nommée Honorine et convertie au christianisme fut martyrisée à Lillebonne (76) en 303 après JC. Son corps jeté à la Seine dériva jusqu’à Graville (aujourd’hui Graville-Sainte-Honorine, quartier du Havre), où elle fut enterrée par des chrétiens. Mais au IXe siècle, lors des invasions vikings, ses reliques furent transportées plus à l’intérieur des terres, à Conflans, dans ce fameux “castrum” en bois qui l’accueillit en 876.

Incendié et reconstruit

Mais ce château appartenant à Mathieu de Beaumont, seigneur de Conflans, est assiégé par le beau-frère de ce dernier, Bouchard de Montmorency, qui y met le feu vers 1080. Les reliques de sainte Honorine sont alors transférées au Prieuré (qui n’est pas encore un château).

Le donjon incendié est aussitôt reconstruit en pierre, sur trois niveaux dont deux sont habités. On y accède par une grande baie ouverte au premier étage. C’est la tour Montjoie, dont le nom provient de Jovis (le génitif de Jupiter en latin), soit le “mont de Jupiter”. Bien que sa toiture ait été détruite au XVIe siècle, ce donjon reste le siège de la baronnie de Conflans, qui a aménagé de petits appentis à l’intérieur d’un bâtiment dévasté. A la Révolution, le seigneur de Conflans (de Mercy-Argenteau, ambassadeur d’Autriche auprès de la cour de Louis XVI), vend les biens de la baronnie, dont la tour, dès le 27 janvier 1791. La famille Cornudet en fera ensuite don à la commune en 1931. Aujourd’hui, il ne reste rien à l’intérieur, et la tour ne se visite plus.
O.B.

Rédaction

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image