Mantes-la-Jolie Le centre d'accueil de jour Déclic lance un appel aux dons

Une soixantaine de personnes par jour fréquente l'accueil de jour Déclic, situé 7 rue de la Somme à Mantes. Là, les bénéficiaires accèdent à des services qui leur permettent de survivre. Pour ceux qui sont dans le besoin, Déclic est indispensable.

Publié le : 16/02/2017 à 18:30

Jacques Roux, président de l'association et Philippe Langonné, responsable du centre. -
Jacques Roux, président de l'association et Philippe Langonné, responsable du centre.

Comme bon nombre d’associations dans le Mantois et ailleurs en France, l’accueil de jour Déclic, agréé par la fondation Abbé Pierre, a connu une baisse de ses financements l’an passé. Ainsi, l’association présidée par Jacques Roux a perdu près de 90 000 € (sur un budget total de 300 000 €). En cause, un marché interrompu par le conseil départemental qui permettait l’accompagnement des bénéficiaires isolés du RSA. « Nous répondions chaque année à cet appel d’offres. Mais en janvier 2016, nous avons appris que ce marché n’existerait plus. Avec cette baisse, nous avons perdu un poste », explique le président.

Recentrer les activités

De fait, Déclic, qui accueille entre 600 et 1 000 personnes par an, et propose à ceux qui sont dans le besoin un accès à l’hygiène, une aide dans leurs démarches sociales, mais aussi d’autres prestations comme des ateliers culturels, une bibliothèque, un salon de coiffure, etc. doit rebondir et recentrer ses activités.

« Nous avons la chance d’être soutenus par la fondation Abbé Pierre et l’État, ce qui nous a permis de récupérer 50 000 € sur les 90 000 manquants », précise à son tour Philippe Langonné, le directeur du centre. Dans le même temps, l’association a lancé un appel aux dons auprès des particuliers. « De généreux donateurs nous ont fait parvenir de l’argent. Nous allons également tenter de développer les financements privés. Nous sommes persuadés qu’il y a des passerelles à construire entre les entreprises et nos accueils de jour car l’entreprise a une vocation sociale. »

Trois axes de travail

Pour ce faire, Déclic souhaite diversifier encore son offre et s’ouvrir vers l’extérieur. Les quatre travailleurs sociaux et les six bénévoles réfléchissent à trois nouveaux axes de travail. Jacques Roux et Philippe Langonné le savent : la santé est capitale pour ces publics en difficulté. « Nous allons créer un réseau de santé et accompagner nos accueillis vers des praticiens. » De même, l’accès à la culture pour ces publics qui en sont privés reste primordial. « Nous travaillons beaucoup avec le Théâtre du Mantois et Blues sur Seine, et avons développé un partenariat permettant aux bénéficiaires de comprendre la culture et en devenir acteurs. »

Le troisième axe visera à réduire la fracture numérique. « D’ici l’année prochaine, nous souhaitons mettre à disposition de nos bénéficiaires des outils leur permettant de numériser leur vie. Nous allons mettre en place des bornes informatiques où, comme dans un coffre-fort, ils pourront récupérer leurs papiers ici en cas de problème et accéder à Internet. »

Une initiative qui, là aussi, va nécessiter de trouver des partenaires. Pleine de ressources, l’équipe de Déclic y travaille déjà. « Nous allons organiser des petits événements qui permettront aux habitants du quartier de venir nous rencontrer. Nous voulons inscrire la structure dans son quartier », assure Philippe Langonné.

C.E.

Pratique : www.declic-mantes.fr

78200 Mantes-la-Jolie

Céline Evain

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image