Le Perray-en-Yvelines Le mystérieux vol de camion à la biscuiterie Erté élucidé

Il y a un an, un camion de la biscuiterie Erté avait été dérobé en pleine nuit sur le site industriel de la société. Un homme a été condamné dans cette affaire, le 13 avril.

Publié le : 20/04/2017 à 07:00

 -
Les faits s'étaient déroulés dans la nuit du 15 au 16 mars 2016.

La célèbre biscuiterie Erté du Perray-en-Yvelines n’est pas près d’oublier cette nuit du 15 au 16 mars 2016. Ce matin-là, il est 4 h 30 quand une voiture-bélier, maquillée avec une plaque d’immatriculation volée, défonce le portail d’entrée du site industriel de l’entreprise de la famille Longuet, créée en 1888. Les malfaiteurs, cagoulés, font main basse sur un camion de la société. Le véhicule sera retrouvé le lendemain matin, vers 10 h 45, sur la commune des Essarts-le-Roi.

Après plusieurs mois d’investigations, les enquêteurs identifient un suspect. Son ADN a été retrouvé sur le pommeau du levier de vitesse. Il s’agit d’un homme de 31 ans qui appartient à la communauté des gens du voyage. Il a déjà été condamné à huit reprises, essentiellement pour des vols.

« On ne doit pas parler du même camion »

Interpellé alors qu’il venait de sortir de détention depuis quatre mois, ce père de deux enfants était jugé le 13 avril en comparution immédiate. Comme lors de sa garde à vue, il a nié être l’un des auteurs du coup de force. Pour justifier la présence de ses empreintes dans le camion volé, il s’est lancé dans une explication rocambolesque. Il a raconté aux juges qu’il avait, à l’époque des faits, donné « un coup de main à deux jeunes gitans » qui n’arrivaient plus à démarrer un véhicule similaire. « Ils démontaient les grilles d’un stade proche de nos caravanes. Je leur ai dit de partir. On ne voulait pas d’ennuis, nous. J’ai bien vu que le camion était volé. Un fusible avait grillé. J’ai réparé et ils sont partis. »

« Le vol a eu lieu vers 4 h 30, le camion a été retrouvé vers 10 h 45, a alors resitué la procureure. Ça correspond à vos habitudes de vie d’être debout aussi tôt. » « Non, a confessé l’accusé. On ne doit pas parler du même camion alors. »

Les juges ont finalement suivi le réquisitoire du ministère public et condamné Bruno à un an de prison avec mandat de dépôt.

78610 Le Perray-en-Yvelines

David Goudey

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image