Mantes-la-Jolie L'Oiseau blanc : bientôt un grand centre de convalescence à Mantes

Le groupe Finève investit à Mantes-la-Jolie dans un centre dédié à la réadaptation et à la rééducation postopératoire. Cette vaste maison de convalescence doit ouvrir en 2019.

Publié le : 20/04/2017 à 18:02

Arnaud Dalbis présente le projet de l'Oiseau blanc qui devrait voit le jour en 2019. -
Arnaud Dalbis présente le projet de l'Oiseau blanc qui devrait voit le jour en 2019 derrière l'hôpital. -

Arnaud Dalbis, le président du groupe Finève, qui possède plusieurs établissements de santé dans le Mantois, se lance dans une nouvelle opération à Mantes-la-Jolie.

Il vient de déposer le permis de construire pour un grand centre de rééducation multifonctionnelle adossé à l’hôpital François-Quesnay.

« Le point de départ du projet est le regroupement des activités du centre de convalescence dAubergenville et du centre de rééducation fonctionnelle, lAparc de Rosny. Cela a été un dossier compliqué à monter », confie Arnaud Dalbis.

Aubergenville et Rosny transférés

Le groupe a acquis un terrain situé derrière le centre hospitalier, rue Nungesser et Coli pour y construire un bâtiment de 12 000 m2 sur trois étages. En référence aux deux anciens héros de l’aviation lors de la Première guerre mondiale, qui périrent en mer en 1927, lors de la première tentative de traversée de l’Atlantique Nord sans escale, ce nouveau centre de santé s’appellera l’Oiseau blanc, du nom de l’avion à bord duquel ils sombrèrent au large de Terre-Neuve. Conçue par le cabinet d’architecte Michel Leblanc d’Orgeval, la structure aura la forme d’un oiseau aux ailes déployées.

Au centre, on trouvera une zone de convivialité, hall d’accueil, cafétéria, etc., une aile sera dédiée aux différents plateaux techniques, et l’autre à l’hospitalisation. « Financièrement, il était impossible darriver à un bâtiment HQE, mais nous approcherons le plus possible des normes environnementales les plus exigeantes », affirme Arnaud Dalbis.

Les 70 lits de Rosny-sur-Seine et les 50 lits d’Aubergenville seront donc transférés à Mantes-la-Jolie. Au total, 120 lits qui feront leur nid au sein de l’Oiseau blanc. Mais seulement 90 seront en hospitalisation complète, les 30 restants seront en ambulatoire (hospitalisation de jour) : « Les projets réalisés en postopératoire permettent de réduire considérablement le nombre de jours dhospitalisation. Cette évolution nous conduit à développer les activités en ambulatoire », précise le patron de Finève.

Des pôles d’excellence

Il souhaite structurer son activité autour de pôles d’excellence. Ainsi 40 lits (30 en hospitalisation et 10 en ambulatoire) seront dédiés à un pôle autour la rééducation post AVC. « Avec le Dr Ille, Mantes dispose dun excellent service de neurologie. Nous serons en capacité dassurer les soins de suite en complémentarité de lhôpital. »

Dans une proportion identique (40 lits), un pôle sera dédié à la réadaptation post-chirurgicale autour de l’activité orthopédique (pose de prothèse, etc.). Un domaine où les établissements du groupe Finève sont déjà très performants.

Les 40 lits restants accueilleront les activités de soins de convalescence toutes pathologies confondues d’Aubergenville.

Enfin l’espace sera suffisant pour accueillir des consultations médicales dans des spécialités pointues.

Public-privé

Il est prévu que L’Oiseau blanc et l’hôpital de Mantes nouent des partenariats public-privé.

« Nous pourrons mutualiser des équipements de façon à ce que lhôpital puisse utiliser notre plateau technique pour tout ce qui touche aux activités de rééducation fonctionnelle De notre côté, nous aurons accès à certains équipements de lhôpital, notamment pour ce qui concerne limagerie », précise Arnaud Dalbis.

L’Oiseau blanc nécessite un gros investissement : 25 millions d’euros entièrement en fonds privés. Arnaud Dalbis s’est fixé un planning raisonnable. Il compte sur l’obtention du permis de construire cet été pour entamer les travaux à l’automne. L’Oiseau blanc est censé prendre son envol au deuxième semestre 2019.

Un projet autour de
la médecine du sport

Avec ses équipements de rééducation fonctionnelle, sa balnéothérapie, ses kinés, ses ostéopathes, ses ergothérapeutes, l’Oiseau blanc pourrait devenir un pôle d’excellence consacré à la médecine du sport. « À Paris et dans la petite couronne, le prix du foncier est trop élevé pour créer des équipements qui nécessitent beaucoup despace. À Mantes, nous aurons tout ce quil faut pour devenir un centre de référence pour la rééducation des sportifs. Il y a un besoin identifié dans ce domaine en région parisienne », explique Arnaud Dalbis. La structure pourrait proposer ses services pour suivre des clubs et travailler avec des fédérations.

78200 Mantes-la-Jolie

Francine Carriere

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image