Trappes Une policière menacée à cause d'une amende 500 euros

Trappes - Un homme s'en est pris à une policière à cause d'une amende de 500 euros. Il a menacé de la piétiner et d'utiliser des "poings de fer".

Publié le : 01/02/2017 à 19:56

L'homme a écopé de 4 mois de prison. (Illustration)
L'homme a écopé de 4 mois de prison. (Illustration)

Belkacem est un procédurier, attentif à tous les détails, même parfois erronés. Il semble aussi adepte de toutes théories possibles du complot. Si l’on mélange le tout, le résultat peut être détonnant.

« Une composition florale »

Fin janvier, cet habitant de Trappes, âgé de 42 ans, a écopé d’une amende de 500 euros pour outrage. « C’était une composition florale (sic) », explique-t-il. Comprenez composition pénale, une procédure qui permet d’éviter un procès.

Belkacem n’est pas d’accord. Il veut faire appel. Il décide donc de demander des comptes à la policière en charge du dossier. Il se rend au commissariat de Trappes.

« Des poings de fer »

Là, il se plaint, monte vite dans les tours. Une assistante sociale tente de le raisonner. Sans effet. Le quadragénaire passe la vitesse supérieure. Il affirme détenir un pistolet électrique et « des poings de fer. J’ai des armes chez moi. Je vais te piétiner », lance-t-il au major qu’il sollicite maintenant depuis deux ans pour cette même affaire d’outrage. Il est placé en garde à vue.

Face aux juges, ce mercredi 1er février, c’est un homme plutôt incontrôlable qui a tenté de se justifier. « Jamais je ne menace quelqu’un dépositaire de l’État (sic). Je n’ai pas menacé. j’ai juste dit que j’étais inscrit dans un club de tir, que j’avais une arme et que j’aimais bien tirer. Voilà la réalité. Mes propos ont été déformés contre moi ».

Sont-ils plus appropriés ? Le procureur de la République n’en doute pas un instant : « Ce que vous avez dit est grave et inadapté. Un mot de travers et monsieur s’emporte. Je demande six mois de prison avec incarcération immédiate. Cela est nécessaire pour la sécurité de tout le monde ».

La sentence est tombée quelques minutes plus tard : quatre mois d’incarcération, une obligation de soins et une interdiction de contact avec la policière. Belkacem n’est pas resté de marbre. Sous escorte policière, il a hurlé au complot contre lui, des Francs-maçons, des nazis et des sionistes réunis. Rien que ça.

78190 Trappes

François Desserre

Responsable rubrique faits divers et justice.
Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image