Porcheville Un surveillant agressé par un détenu mineur

La semaine dernière, un surveillant de la prison pour mineurs de Porcheville a été violemment agressé par un détenu, après une banale altercation. L'incident a fait réagir le syndicat Force ouvrière.

Publié le : 07/07/2017 à 18:43

Les faits se sont déroulés le 28 juin, au moment du repas. -
Les faits se sont déroulés le 28 juin, au moment du repas. -

L’agression d’un surveillant à l’établissement pénitentiaire pour mineurs (EPM) de Porcheville provoque la colère du syndicat Force ouvrière. Dans un tract, il dénonce un « déferlement de violence » survenu en marge d’un repas. L’agent touché, qui a déposé plainte, s’est vu délivrer trois jours d’incapacité par un médecin.

Les faits se sont déroulés à la cantine. Le 28 juin dernier, vers 12 h 30, un adolescent incarcéré à l’EPM, mécontent de la portion dans son assiette, est allé se resservir « à pleine main », selon Samuel Messadia, délégué FO. « Il a transgressé le règlement, explique-t-il. Donc on l’a renvoyé en cellule pour manger seul. »

Coups de poing et coups de pied

Un surveillant l’a accompagné jusqu’à sa geôle, c’est là que la situation a dégénéré. L’adolescent, incarcéré pour des faits de violences selon nos informations, aurait donné un coup de pied dans la porte faisant chuter son accompagnateur. Une fois au sol, le jeune homme se serait acharné sur lui. « Il a d’abord reçu des coups de pied, puis le détenu s’est mis à califourchon sur lui pour le frapper avec ses poings au visage », décrit le syndicaliste.

Le récalcitrant a finalement été maîtrisé par des renforts. « Cet adolescent rencontre des problèmes psychologiques très lourd, comme de plus en plus de mineurs incarcérés à Porcheville, poursuit Samuel Messadia. Nous ne sommes pas formés à gérer ces comportements. L’EPM a une vocation éducative et non sécuritaire. Il n’est pas adapté pour accueillir ce type de profil. »

L’agresseur présumé a été sanctionné par un placement au quartier disciplinaire (QD). « À sa sortie du QD, nous demandons son transfert vers un établissement adapté », abonde le syndicaliste. Un interlocuteur au commissariat de Mantes-la-Jolie confirme qu’une plainte a été déposée et que l’enquête suit son cours.

78440 Porcheville
Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image